N°5 CULTURE CHANEL : L’EXPOSITION

Du 5 mai au 5 juin 2013, le Palais de Tokyo à Paris accueille, dans le cadre l’exposition N°5 Culture Chanel.
Cette exposition a été confiée à Jean-Louis Froment, commissaire des précédents volets de Culture Chanel qui se sont tenus successivement à Moscou (Musée d’Etat des Beaux-Arts Pouchkine), Shanghai (Museum of Contemporary Art), Pékin (National Art Museum of China), et Canton (Opera House).

Construite sur un jeu subtil de correspondances, N°5 Culture Chanel décrypte le parfum N°5 en rendant visibles les liens qui le rattachent à son époque et aux courants d’avant-garde qui la traversent.

Œuvres d’art, photographies, films, archives et objets exposés rendent compte des multiples inspirations qui ont nourri l’univers et l’imaginaire de Mademoiselle Chanel faisant écho à sa propre réflexion et donnant naissance à ce parfum unique et intemporel : qu’il s’agisse de ses lieux de prédilection ou des créations de ses amis artistes, poètes, musiciens, Cocteau, Picasso, Apollinaire, Stravinsky, Picabia.

Centrée sur la permanence des liens entre Chanel et les arts, N°5 Culture Chanel révèle l’essence artistique, intemporelle et iconique du parfum N°5.
L’exposition N°5 Culture Chanel est imaginée par Jean-Louis Froment avec la participation de Irma Boom, Piet Oudolf, Laurent Burgisser et Jérôme Schlomoff.

Palais de Tokyo
13 avenue du Président Wilson, 75016 Paris
Entrée par le 2, rue de la Manutention
Ouvert tous les jours de midi à minuit sauf le mardi
Entrée libre

                                     www.5-culturechanel.com 

0
  

LA VESTE CHANEL

LA VESTE CHANEL

Symbole du style et de l’élégance de Chanel, la veste s’est imposée comme l’une des icônes de la marque. Éternellement désirable, réinventée chaque saison, sa modernité et son apparente simplicité en font un élément indispensable du vestiaire féminin.

Conçue par Mademoiselle Chanel dans les années 50, et s’inspirant des vestes d’hommes autrichiennes, c’est d’abord une veste de tailleur, associée à une jupe à fente portefeuille dont l’ourlet couvre le genoux. Ce tailleur, en opposition avec le style contraignant des années 50, offre une absolue liberté de mouvement. Cette veste de tailleur en tweed, l’une des matières fétiches de Mademoiselle Chanel, est une veste droite, structurée, fermée bord à bord, conçue comme une seconde peau, sans épaulettes, ni entoilage qui viendraient la raidir.

Pour concilier souplesse et maintien, le devant de la veste est monté dans le droit fil, sans pinces poitrines. Il en est de même pour le dos simplement séparé par une couture au milieu. Un empiècement vertical sur les côtés fait la jonction entre devant et dos. La manche coupée dans le droit fil se monte sur le haut de l’épaule, elle est aussi légèrement coudée pour mieux suivre la ligne du bras et accompagner le mouvement en offrant un confort parfait.
Attachée à cette grande liberté de mouvement, Mademoiselle Chanel prend les mesures de ses clientes, leurs bras croisés sur les épaules.
Une ganse souligne les contours de la veste, le bord des poches, le bas des manches, elle en renforce l’aspect graphique.

Les poches sont placées afin que les femmes puissent y glisser les mains, attitude relativement masculine à l’époque de Mademoiselle Chanel.
Des boutons bijoux ferment la veste, ils sont frappés d’une tête de lion (signe astral de Mademoiselle Chanel), d’épis de blé, de camélia, ou siglés du double C. A cette silhouette, Mademoiselle Chanel associe les bijoux baroques, le sac 2.55, les souliers bicolores, le camélia, autres éléments de son vocabulaire stylistique.

Devenue aujourd’hui l’une des icônes de Chanel, la veste connaît chaque saison une nouvelle vie grâce à Karl Lagerfeld, mais si ses proportions et ses matériaux changent, ses principes de « construction » demeurent identiques.

www.culture-chanel.com

1
  

C.R Fashion Book

On savait Carine Roitfeld workaholic, prête à relever tous les défis que la planète mode lui proposerait, mais toujours avec un sens du style ultra-pointu. Depuis son départ du cultissime magazine de mode Vogue, toutes les fashionistas orphelines suivaient de près ses pérégrinations. Et si vous en êtes aussi, vous serez sûrement ravis d’apprendre que Carine R. revient dans la presse, avec son propre magazine.

L’ancienne rédactrice en chef du Vogue français, Carine Roitfeld, lance son propre magazine de mode - CR Fashion Book.

Le magazine semestriel de Carine Roitfeld, sera construit autour de thèmes. Le premier qui devrait sortir au mois de septembre aura pour sujet l’obsession et sera composé en grande majorité de longs articles. Certains seront même laissés dans la langue de leur auteur avec une traduction à la fin du magazine.

Un magazine qui se veut résolument hype, «iconique, qui serait frais et excitant», explique-t-elle à Dazed & Confused. Mais il faudra toutefois patienter jusqu’à septembre 2012, date à laquelle est prévu le lancement de ce nouvel opus. CR se veut plus qu’un simple magazine de mode et abordera la mode, l’art et la culture d’un point de vue large, « célébration de la mode et de la créativité » a encore expliqué Carine Roitfeld au WWD.

0